John Cage et le piano préparé, par Gérard Frémy

Le pianiste français Gérard Frémy, professeur au Conservatoire de Paris, qui a travaillé avec John Cage au cours des années 70, est aujourd’hui le dépositaire le plus sûr des techniques utilisées par le compositeur américain pour son “piano préparé”.

Comment situez-vous le “piano préparé” de John Cage ?
John Cage est un véritable inventeur. Je ne suis pas certain qu’il ait été le premier à avoir utilisé certains modes de jeux dans les cordes du piano ; de même, il ne serait peut-être pas précisément à l’origine du piano préparé. Mais cela n’a pas beaucoup d’importance. Il a renouvelé une certaine technique du piano et approfondi le dépaysement que représente le piano préparé dont il a su tirer des sonorités inédites, rendant ce nouvel instrument extrêmement poétique et musical.
Percevez-vous le piano préparé comme un moment fort de l’histoire de cet instrument ?
Sans aucun doute… Mais ce que Cage a découvert là est si marqué par sa personnalité qu’il est difficile de l’utiliser maintenant, car tout ce que l’on pourra écrire pour le piano préparé ressemblera toujours à du Cage. Personne n’ose donc s’y confronter, au risque d’être aussitôt taxé de pâle imitateur. Aussi peut-on considérer ce style comme une voie de garage. Peu importe, car Cage a créé un instrument et des principes compositionnels totalement nouveaux.

Pour lire la suite de cet article (2142 mots):

Lire aussi :
1945-1970, le piano dans tous ses éclats
Jouer Messiaen, Boulez, Stockhausen, par Pierre-Laurent Aimard
1945-1970, le piano dans tous ses éclats… et les autres