Interpréter Schumann aujourd’hui : Laure Favre-Kahn

Disciple de Bruno Rigutto, Laure Favre-Kahn s’est fait connaître par deux disques Schumann et Chopin (Arion) remarqués. Premier prix à l’unanimité du Concours international ProPiano à New York et nommée “ProPiano Artist of the year 2001”, elle va enregistrer pour ce label américain, ainsi qu’un programme Rachmaninov à paraître chez Transart Live.

Comment vous situez-vous par rapport à l’œuvre pour piano de Schumann et quelles œuvres font partie de votre répertoire ?
La musique de Schumann a toujours fait partie de mon évolution pianistique. La plupart des œuvres que j’ai interprétées sont liées à des parcours importants dans ma vie. C’est par exemple le cas avec les Variations Abegg que j’ai interprétées pour mon premier prix au Conservatoire de Paris. La Fantaisie est une autre “histoire d’amour”. Quant à la Toccata, je l’ai enregistrée comme si je me lançais un défi à moi-même. Je retrouve régulièrement cet univers musical avec infiniment de plaisir y compris dans la musique de chambre ; je pourrais jouer et écouter “en boucle” le mouvement lent du Quatuor pour piano ! Après l’enregistrement de mon disque Schumann, j’ai éprouvé le besoin de laisser mûrir ce répertoire. J’ai maintenant envie de jouer en concert les Phantasiestücke ainsi que les Kreisleriana.

Pour lire la suite de cet article (273 mots):

Lire aussi :
Robert Schumann, le poète parle
Robert Schumann : l’errance comme point de départ
Quand Paris n’aimait pas Schumann
Clara Schumann, dans l’ombre de Robert
L’œuvre pour piano de Schumann
Les pianistes schumanniens de légende
Interpréter Schumann aujourd’hui
Interpréter Schumann aujourd’hui : Lydia Jardon
Interpréter Schumann aujourd’hui : Irène Polya
Interpréter Schumann aujourd’hui : Michèle Scharapan
Interpréter Schumann aujourd’hui : Philippe Bianconi
Interpréter Schumann aujourd’hui : Abdel Rahman El Bacha
Interpréter le Carnaval de Schumann
Robert Schumann, le poète de l’ombre