Interpréter Schumann aujourd’hui : Irène Polya

D’origine hongroise, Irène Polya a fait ses études à l’Académie Franz-Liszt de Budapest où elle a suivi les cours d’István Antal. Elle enseigne aux conservatoires de Cergy-Pontoise et de Colombes.

Comment vous situez-vous par rapport à l’œuvre pour piano de Schumann et quelles œuvres font partie de votre répertoire ?
Je dois ma rencontre, à l’âge de 9 ou 10 ans, avec la musique romantique aux Scènes d’enfants de Schumann. Les titres seuls agitaient beaucoup mon imagination. J’ai découvert des titres comme Faire peur, Rêverie, Bonheur parfait, mais ma pièce préférée était le Presque trop sérieux qui me paraissait très étrange.  Ensuite j’ai joué les Papillons, les Variations Abegg, le Carnaval, la Fantaisie, les Kreisleriana, les Intermezzi… et tout de suite je me suis sentie très proche de l’univers de Schumann.

Pour lire la suite de cet article (335 mots):

Lire aussi :
Robert Schumann, le poète parle
Robert Schumann : l’errance comme point de départ
Quand Paris n’aimait pas Schumann
Clara Schumann, dans l’ombre de Robert
L’œuvre pour piano de Schumann
Les pianistes schumanniens de légende
Interpréter Schumann aujourd’hui
Interpréter Schumann aujourd’hui : Lydia Jardon
Interpréter Schumann aujourd’hui : Michèle Scharapan
Interpréter Schumann aujourd’hui : Philippe Bianconi
Interpréter Schumann aujourd’hui : Abdel Rahman El Bacha
Interpréter Schumann aujourd’hui : Laure Favre-Kahn
Interpréter le Carnaval de Schumann
Robert Schumann, le poète de l’ombre