Interpréter Schumann aujourd’hui : Lydia Jardon

Cette lauréate du Concours Milosz-Magin qui s’est perfectionnée auprès d’Huseyin Sermet a un parcours original. Directrice artistique des “Rencontres de musiciennes de l’île d’Ouessant”, elle accueille en août des pianistes stagiaires lors de master-classes et organise des concerts. Elle vient d’enregistrer un disque sur le thème de la mer avec une intéressante transcription de Lucien Garban de l’œuvre de Debussy – (AR Ré-Sé : AR 2001-1).

Comment vous situez-vous par rapport à l’œuvre pour piano de Schumann et quelles œuvres font partie de votre répertoire ?
A 14 ans, j’ai obtenu un premier prix à l’école municipale de Montluçon en jouant la deuxième Sonate en sol mineur op.22. Au CNSM de Paris, j’ai ensuite élargi ma connaissance de l’œuvre pour piano de Schumann avec les Etudes symphoniques, le Concerto en la mineur. Depuis, je pratique aussi les trois Sonates, la Fantaisie, les Chants de l’aube.

Pour lire la suite de cet article (290 mots):

Lire aussi :
Robert Schumann, le poète parle
Robert Schumann : l’errance comme point de départ
Quand Paris n’aimait pas Schumann
Clara Schumann, dans l’ombre de Robert
L’œuvre pour piano de Schumann
Les pianistes schumanniens de légende
Interpréter Schumann aujourd’hui
Interpréter Schumann aujourd’hui : Irène Polya
Interpréter Schumann aujourd’hui : Michèle Scharapan
Interpréter Schumann aujourd’hui : Philippe Bianconi
Interpréter Schumann aujourd’hui : Abdel Rahman El Bacha
Interpréter Schumann aujourd’hui : Laure Favre-Kahn
Interpréter le Carnaval de Schumann
Robert Schumann, le poète de l’ombre