Lire et écrire : l’art du déchiffrage

Ouvrir une partition et la jouer le plus naturellement du monde, cela semble magique  ! Mais le déchiffrage est aussi le lieu de nombreux blocages. Peut-on y remédier ?

Confrontés au déchiffrage, les musiciens se scindent assez distinctement en deux groupes : ceux qui savent déchiffrer et pour qui le déchiffrage est un plaisir, ceux pour qui il est un moment pénible, voire humiliant, car des années d’études musicales semblent soudain réduites à néant ! Alors que penser ? Peut-on apprendre à déchiffrer ? Le déchiffrage est-il un don ? Est-il lié à l’âge auquel on débute la musique et au type d’enseignement que l’on a reçu ?
Si l’on compare les bons lecteurs avec les moins bons, on s’aperçoit vite qu’une bonne lecture est le résultat d’un ensemble de comportements, de réflexes, de savoir-faire et d’attitudes mentales. Les personnes douées en déchiffrage sont celles qui ont mis très tôt (et intuitivement) en place de bons réflexes de lecture, réflexes qui, après des années d’entraînement, sont aussi fluides que ceux qui gèrent la parole ou la marche. Quant aux autres, il n’est jamais trop tard pour apprendre à faire comment font les bons lecteurs…

Pour lire la suite de cet article (2458 mots):

Lire aussi :
Un spécialiste du déchiffrage : le pianiste accompagnateur