L’évolution de la facture au 20e siècle

Au cours du 20e siècle, le nombre des facteurs véritablement créateurs a fortement diminué ; aussi les grandes innovations sont-elles plus rares. Quelques firmes prestigieuses se livrent encore à une fabrication limitée qui garde un aspect artisanal. Pour les autres — la grande majorité —, la productivité a nettement augmenté et la standardisation est devenue la règle. Bernard Désormières analyse pour nous cette évolution générale, puis passe en revue les nouveautés de chaque firme.

En cette fin de siècle, nous allons essayer de faire un bilan des principales évolutions récentes dans la facture du piano. Les nouveaux modèles et les améliorations techniques ou esthétiques que les facteurs de pianos proposent chaque année lors des Salons de musique comme Francfort ou Musicora vont nous permettre de mesurer cette évolution. Il est difficile toutefois de faire une telle étude à partir d’une date précise, par exemple depuis 1900 ou 1950, car tous les facteurs n’ont jamais été au même niveau d’avancement. Certains sont plutôt des précurseurs, d’autres cherchent à imiter ou à copier ce qu’ont fait les concurrents ; certains sont de quasi-artisans, d’autres des géants de l’industrie. Par ailleurs, les progrès les plus significatifs, en matière de facture de piano, ont été réalisés au 19e siècle. Il y a beaucoup plus de différences entre des pianos de 1820 et ceux de 1915 qu’entre ces derniers pianos et ceux d’aujourd’hui.
Nous n’entrerons pas ici dans des considérations trop techniques ; nous ferons l’inventaire des évolutions observées dans différents domaines en essayant d’en comprendre les causes, qui peuvent être d’ordre économique, commercial, technique, politique, écologique, social ou bien artistique. Nous constaterons que ce dernier aspect n’est paradoxalement pas le facteur le plus essentiel dans l’évolution de la facture.
L’évolution de la facture du piano est directement liée à l’évolution de l’industrialisation dans le monde entier.

Pour lire la suite de cet article (21 mots):