Rémi Geniet, ou l’avenir du clavier français

Tout juste âgé de 20 ans, le jeune pianiste a créé la surprise en arrivant en seconde position du concours Reine-Elisabeth à Bruxelles, à quelques points de l’Israélien Boris Giltburg. Depuis la victoire de Franck Braley en 1991, il est le premier Français à parvenir en finale.

Après avoir passé une à une les rudes étapes de la sélection, ce musicien originaire de Montpellier, encore élève au Conservatoire de Paris, s’est hissé sur les marches du podium de l’un des concours les plus prestigieux et les plus difficiles au monde. Retour sur le parcours d’un surdoué.

Pour lire la suite de cet article (712 mots):