Laurent Cabasso, le bouche à oreille

En 1979, Laurent Cabasso obtient son premier prix de piano à l’unanimité et entre immédiatement en troisième cycle. “C’était déjà un premier pas dans la carrière. Le danger est alors de croire que les choses viennent relativement facilement. Mais il n’y a aucun relais entre le Conservatoire et la vie musicale active. C’est précisément au moment, où le jeune musicien a acquis une maturité suffisante pour commencer à jouer qu’il est lâché dans la nature.

Ce qui fait la carrière d’un artiste ce n’est hélas ! pas uniquement son talent, sa personnalité, son rayonnement. C’est aussi la chance de faire de bonnes rencontres au bon moment, le fait d’avoir le sens des contacts”.
Lauréat des concours de Tokyo et de Zürich (Geza Anda), Laurent Cabasso a su tirer les leçons de ces deux expériences. “Il a suffi que je remporte deux prix importants pour que les gens commencent à s’intéresser à moi et à me confier des concerts importants”. Or, il est bien évident que le fait d’avoir réussi ces concours n’a en rien modifié ma manière de jouer !

Pour lire la suite de cet article (465 mots):