Maître et élèves dans l’enseignement supérieur

Les relations entre professeurs et élèves posent déjà des problèmes dans le cadre d’une pratique amateur. Elles deviennent primordiales lorsque l’étudiant se destine à une carrière professionnelle. Entretien avec Jacques Rouvier, professeur au Conservatoire national supérieur de musique de Paris.

Comment concevez-vous les relations que vous entretenez avec vos élèves ?
J’ai commencé à enseigner il y a une trentaine d’années. Déjà, à cette époque, je trouvais important de communiquer avec mes élèves. Il me paraissait indispensable de m’intéresser à eux, à leur vie, à leurs éventuels soucis physiques ou psychologiques, aux difficultés familiales ou aux problèmes de voisinage qu’ils peuvent connaître… On comprend ainsi ce qu’ils vivent et, outre la relation humaine, cela peut améliorer beaucoup de choses sur le plan musical.
J’essaie de savoir comment ils se cultivent, et je m’intéresse aussi à ce qu’ils écoutent, en espérant qu’il ne s’agit pas seulement de piano, mais de musique de chambre, d’opéra et d’œuvres pour orchestre.
Toutefois, s’il est important de les écouter d’un point de vue personnel et musical, il ne faut pas tomber dans l’assistanat. Il faut laisser toujours un peu de distance pour ne pas se laisser envahir.

Pour lire la suite de cet article (1186 mots):

Lire aussi :
La relation professeur-élève une subtile alchimie