Schubertiens d’aujourd’hui

La plupart des grands pianistes professionnels, aujourd’hui, jouent Schubert. Et même les plus grands ne dédaignent pas d’accompagner les chanteurs, enrichissant les lieder de leur talent et donnant à l’accompagnateur les titres de noblesse qu’il mérite, et que l’on oublie si souvent. Quelques portraits.

Les “légendes” vivantes

Alfred Brendel

(né en 1931 à Wiesenberg, Moravie)
Ce n’est certainement pas un hasard si le site officiel d’Alfred Brendel (www.alfredbrendel.com) s’ouvre avec le Troisième Impromptu de l’opus 90 (D 899). Depuis toujours le pianiste autrichien entretient une relation privilégiée avec son compatriote. Question de sensibilité ? Certainement, si l’on en juge par le nombre de fois où Schubert figure au programme des concerts de Brendel ou par la quantité de disques gravés. Assurément, c’est une histoire d’affinités qui dure, au point que le pianiste n’hésite pas à reprendre en studio nombre d’œuvres déjà enregistrées des années auparavant.

Pour lire la suite de cet article (2436 mots):

Lire aussi :
Schubert, le jeune homme et la mort
Philippe Cassard : « Schubert, mon ami »
Le piano dans les lieder de Schubert
Schubert et Beethoven
Schubert et ses transcripteurs
Schubert et la France
Les interprètes historiques de Schubert
Jeunes schubertiens
Quelques œuvres méconnues de Schubert
Travailler l’Impromptu en la bémol de Schubert