Le piano dans les lieder de Schubert

Schubert a révolutionné le duo piano-chant dans ses lieder en accordant au piano une place essentielle. On ne peut donc entrer pleinement dans l’univers de Schubert sans connaître quelques-uns de ses lieder. On les écoute ? Mieux, on les déchiffre… Mieux encore : on les joue en chantonnant le texte ou en accompagnant un chanteur.

Le rôle du piano dans les lieder de Schubert est ambigu. Il possède tout d’abord, chez Schubert comme chez ses prédécesseurs et ses successeurs, un rôle fonctionnel : soutenir le chanteur en l’empêchant de détonner, et le guider dans la progression harmonique de la partition dès qu’elle devient un peu complexe. Il peut également suivre la mélodie, soit en la doublant simplement, soit en lui assurant un soutien harmo­nique. Toutefois, le piano va s’imposer très tôt comme un partenaire à part entière, un double aux rôles multiples, qui aura pour fonction de donner à l’auditeur des informations que le chanteur ne peut lui confier tout seul. Il va ainsi préciser le caractère du morceau, créer une mini-dramaturgie qui transforme le lied en une petite scène lyrique. Bref, le piano théâtralise le chant, le met en scène.

Pour lire la suite de cet article (1428 mots):

Lire aussi :
Schubert, le jeune homme et la mort
Philippe Cassard : « Schubert, mon ami »
Noël Lee : «Schubert ne s’accompagne pas, il se chante !»
Schubert et Beethoven
Schubert et ses transcripteurs
Schubert et la France
Les interprètes historiques de Schubert
Schubertiens d’aujourd’hui
Jeunes schubertiens
Quelques œuvres méconnues de Schubert
Travailler l’Impromptu en la bémol de Schubert

Articles en relation :
Chopin transcrit par Pauline Viardot