Brahms et l’inspiration populaire

Né à Hambourg et ayant passé sa jeunesse dans les brumes de l’Allemagne du Nord, Brahms est toujours resté très attaché à sa région natale dont les images poétiques sont demeurées gravées dans sa mémoire.

Le véritable rêve spirituel de Brahms a été celui de l’Allemagne du Nord et de sa nostalgie. De bonne heure, il a été attiré par le chant choral, art spécifiquement allemand, et son action en faveur du chant choral au sein de la cour de Detmold le mena à la véritable découverte du chant populaire. On devine déjà le charme et le romantisme passionné des ballades du Nord et des chants populaires dans les deux premières sonates pour piano de 1852 dont les mouvements lents empruntent au lied et à la poésie. Dans l’Andante de sa première sonate, Brahms s’est inspiré d’un vieux chant d’amour allemand dont il a pris soin de noter les paroles sous la partie de main gauche du piano. Avide de romans et de poésie, il a toute sa vie cultivé l’amour du chant populaire, des fables fantastiques hoffmanniennes, des ballades ossianiques, des anciennes légendes écossaises qui passent en échos dans le clair-obscur et dans la poésie prenante et ouatée de l’Intermezzo en mi bémol majeur op. 117.

Pour lire la suite de cet article (849 mots):

Lire aussi :
« Aimez-vous Brahms ? »
Brahms et Schumann
Brahms et les maîtres du passé
Brahms et la France
Brahms, l’œuvre à quatre mains et à deux pianos
Brahms : quelques interprètes de légende
Entretien avec une pianiste brahmsienne : Idil Biret
Entretien avec une pianiste brahmsienne : Elisabeth Leonskaja
Quelques brahmsiens d’aujourd’hui
Travailler les 51 Exercices de Brahms
Les 51 Exercices de Brahms : « Des exercices d’une richesse extraordinaire ! »
Comment travailler la 2e Rhapsodie de Brahms