Le répertoire pour la main gauche

Après avoir joué un rôle d’accompagnement de la main droite, puis à égalité entière avec elle dans l’écriture polyphonique du 18e siècle, la main gauche devient sa rivale en virtuosité durant la période romantique. Mais le répertoire pour la main gauche seule – à part les exercices – ne prend son essor qu’au 20e siècle.

L’écriture pour la main gauche seule commence véritablement avec l’invention du piano moderne

Durant la période baroque, la main gauche, considérée comme fondement de l’harmonie, se voit bien souvent cantonnée dans un simple rôle de basse. En revanche, elle se trouve à égalité avec la droite par l’importance et l’intensité de son discours dans des œuvres d’écriture polyphonique, si caractéristiques de l’époque. Quelques décennies plus tard, les classiques lui demandent plus d’agilité. Mais c’est avec les romantiques et leur course à la virtuosité qu’elle devient objet de challenge ; les pédagogues-compositeurs redoublent alors d’invention pour faire naître des pièces où les prouesses sont légion. Il faut pourtant attendre le 20e siècle pour trouver une littérature pianistique où les œuvres, bien souvent des commandes, allient un véritable discours musical aux caractéristiques propres du jeu de la main gauche. Nombre d’entre elles font dorénavant partie des incontournables du pianiste virtuose.

Pour lire la suite de cet article (2577 mots):

Articles en relation :
Et la main gauche ?