Main gauche : le cas extrême de Paul Wittgenstein

Pianiste célèbre et fortuné, Paul Wittgenstein dut être amputé du bras droit durant la Première Guerre mondiale. Il décida de continuer à jouer avec sa seule main gauche. Grâce à son courage et à sa ténacité, le répertoire pour la main gauche a connu un véritable essor.

Ingénieur et homme d’affaires, mais aussi grand amateur d’art, Karl Wittgenstein accueillait chez lui au début du 20e siècle l’élite artistique et intellectuelle de la société, de Joseph Joachim à Richard Strauss en passant par Johannes Brahms, Gustav Klimt ou Bruno Walter. Le chef d’orchestre a raconté l’ambiance qui régnait chez les Wittgenstein : « Musiciens, peintres et sculpteurs de renom, de même que les hommes de science les plus éminents fréquentaient cette maison dont les murs s’ornaient d’œuvres choisies des beaux-arts. » On y défendait l’art moderne, les idées nouvelles qui choquaient le bourgeois. Ajoutons que cette fastueuse demeure ne comptait pas moins de sept pianos ! C’est dans une ambiance largement ouverte aux arts que cet ami des Krupp et des Carnegie, surnommé “le roi du fer”, éleva ses huit enfants. Il destina ses trois aînés à des carrières d’ingénieurs et d’industriels et leur donna des précepteurs. Sous cette pression implacable, ils se suicidèrent tous trois. A la suite de ces tragédies, les deux cadets, Paul et Ludwig, furent envoyés à l’école publique. Ludwig deviendra un philosophe réputé.

Pour lire la suite de cet article (664 mots):

Lire aussi :
Le piano pour la main gauche
Les gauchers sont des pianistes comme les autres !
Les gauchers malgré eux
Main gauche : Michel Béroff, souffrance et guérison
Le répertoire pour la main gauche
La pédagogie de la main gauche