Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Philippe Bianconi

L’audacieuse fidélité de Philippe Bianconi : une intégrale en deux temps, mûrement réfléchie.

Comment est né ce projet d’intégrale ?
En 1993, j’avais publié chez Lyrinx un CD consacré à Ravel avec Gaspard de la nuit, Miroirs et les Valses nobles et sentimentales. Dans mon esprit, il ne s’agissait pas du début d’une intégrale, car je ne me sentais pas à l’aise dans certaines œuvres, notamment Le Tombeau de Couperin. Toutefois, ce CD a été publié comme volume 1. De temps en temps, René Gambini, directeur de Lyrinx, me reparlait du volume 2, mais je le faisais attendre. En 2003, quand je me suis senti prêt, nous avons décidé de reprendre l’intégrale à partir de zéro. Je ne renie pas l’enregistrement de 1993, car j’avais déjà, pour certaines œuvres, une conception proche de la deuxième version. Seulement, je l’ai approfondie et assouplie.

Pour lire la suite de cet article (545 mots):

Lire aussi :
Ravel : les bâtisseurs d’intégrales
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Désiré N’Kaoua
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Philippe Entremont
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Georges Pludermacher
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes: Jean-Efflam Bavouzet
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Alexandre Tharaud
Maurice Ravel, le piano et ses sortilèges