Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Philippe Entremont

Les deux intégrales de Philippe Entremont : vingt-cinq ans après sa première intégrale, cet ancien élève de Marguerite Long a voulu se confronter de nouveau à l’œuvre de Ravel.

Deux intégrales, pourquoi ?
Parce que je l’aime depuis toujours. La musique de Ravel est extraordinairement écrite pour le piano. Elle est redoutablement difficile, mais jamais ­injouable. Il y a des musiques qui vieillissent ; celle de Ravel ne prend pas une ride. Ravel disait n’être pas un grand compositeur, parce qu’il écrivait peu. Pourtant, il me semble qu’il maîtrisait des subtilités incomparables.

Pour lire la suite de cet article (282 mots):

Lire aussi :
Ravel : les bâtisseurs d’intégrales
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Désiré N’Kaoua
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Georges Pludermacher
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Philippe Bianconi
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes: Jean-Efflam Bavouzet
Les bâtisseurs d’intégrales ravéliennes : Alexandre Tharaud
Maurice Ravel, le piano et ses sortilèges