George Enesco, le piano oublié

Cinquante ans après la disparition du compo­siteur (1881-1955), son œu­vre pour piano n’a guère franchi le cénacle des spécialistes. Que de richesses et de trouvailles pourtant dans une production qui synthétise les influences ­germanique et française du postromantisme ainsi que la modernité du 20e siècle !

Une dizaine de partitions sur trente-trois opus constituent le répertoire pour piano du compositeur roumain. Au fil du temps, ses activités de violoniste, chef d’orchestre et pédagogue ont marqué de leur empreinte son écriture pour le piano. Elles ont accéléré une pensée musicale synthétique, qui a fusionné des traditions musicales en apparence incompatibles – les claviers de Brahms et de Fauré, les couleurs et les rythmes d’Europe centrale – avec les recherches harmoniques puisées dans la Vienne de 1900…

Pour lire la suite de cet article (753 mots):

Lire aussi :
Enesco par Dana Ciocarlie