Les traditions pédagogiques hongroises

La Hongrie a joué un rôle de premier plan dans l’histoire de la musique européenne. Bien au-delà de figures de musiciens emblématiques – dont Liszt au premier chef –, ce rôle s’appuie sur des traditions pédagogiques puissamment enracinées dans le passé musical du pays. 
Bertrand Bolognesi retrace cette filiation et met en avant la figure de trois grands compositeurs et pédagogues qui ont marqué le 20e siècle : Bela Bartok, Ernö von Dohnanyi et Zoltan Kodaly.
Gabriella Torma, pianiste d’origine hongroise, nous raconte les études musicales d’une enfant douée, du temps où la Hongrie était une démocratie populaire.

Si l’on s’accorde à reconnaître les caractéristiques d’une école dans le jeu d’un pianiste, c’est le plus souvent en considérant l’idée d’écoles nationales ; ainsi parle-t-on de l’école russe de piano, de ­l’école tchèque, de l’école française… Ce terme désigne à la fois des qualités communes aux pianistes d’une même origine – aussi bien qualités de technique, de sonorité, de dynamique, qu’un certain goût – et leur compétence à jouer la musique de leurs compatriotes. Il regroupe donc interprètes, pédagogues et compositeurs, soulignant ce que les uns apportent aux autres, en un échange perpétuel. 
A gros traits, on dira qu’en écrivant une partition, un créateur peut poser un problème : celui-ci sera surmonté par les efforts d’un interprète qui enseignera la solution à ses élèves. Mais de célèbres virtuoses ont très souvent excité la créativité d’artistes qui conçurent telles pièces spécialement pour eux. Et lorsqu’on se souvient que les grandes partitions pour piano ont été écrites par des compositeurs pianistes, force est d’admettre que la chose n’est pas si simple ! Toujours est-il qu’on distingue généralement par “école” un ensemble de traditions interprétatives plus qu’un réel chemin pédagogique. Or, la pédagogie semble préluder précisément à la vie musicale de la Hongrie. Car, contrairement à certains pays qui s’occupent surtout de perfectionner les moyens et le goût d’étudiants d’un niveau déjà avancé, chez nos voisins magyars, on s’attache de longue date à l’essentiel apprentissage des débuts.

Pour lire la suite de cet article (1098 mots):

Lire aussi :
Hongrie : trois grands pédagogues du 20e siècle
Hongrie : quelques grands pianistes
Hongrie, 1953-1983 : une éducation de fer…