Haydn : Blandine Verlet interprète des “Sept Dernières Paroles”

C’est pour honorer une commande que lui avait faite l’église Santa Cueva de Cadix que Joseph Haydn imagina, en 1785, ses Sept Dernières Paroles du Christ en Croix, une suite de sept sonates à tempi lents, précédée d’une introduction et close par un bref final. Cette première version, pour orchestre, sera donnée à Cadix pour la Semaine sainte de 1787. Si l’adaptation pour quatuor à cordes, contemporaine de l’original, et l’oratorio de 1796 sont les versions les plus connues aujour­d’hui, il existe néanmoins une transcription pour pianoforte, publiée par Hofmeister en 1801. Nous avons rencontré la claveciniste Blandine Verlet, qui l’a jouée lors d’un concert en l’église des Billettes, le 18 mars dernier.

On sait que Haydn avait approuvé la version pour pianoforte, mais sait-on qui en est l’auteur ?
Personne ne sait cela. Haydn l’a plus qu’approuvée, puisqu’il l’a révisée.
Sur quelles sources avez-vous travaillé ?
Sur une édition originale qui est conservée à Berlin, et que Jos van Immerseel m’a gracieusement communiquée. Il prépare une édition critique. On trouve également une version qu’on pourrait dire moderne dans un volume de l’intégrale de la musique pour clavier de Haydn, publiée par Könemann (Budapest).

Pour lire la suite de cet article (1418 mots):

Lire aussi :
Josef Haydn, prince de la sonate
Haydn : une numérotation bien compliquée !
Haydn selon Paul Badura-Skoda
Haydn et ses contemporains
Haydn et la France
Etienne-Nicolas Méhul : « Un Français peut suivre de loin Haydn et Mozart »
Domenico Cimarosa : une élégance à redécouvrir
Ils jouent Haydn aujourd’hui
Haydn : Comment travailler la Sonate n° 59
Haydn à quatre mains : une seule œuvre, mais un bijou !
Apprendre à jouer Haydn