Jazz : mimétisme, oreille, écoute

S’immerger dans le jazz, former son oreille, écouter, suivre la gestuelle et imiter ! C’est se donner les moyens de l’improvisation originale.

Le jazz est une musique improvisée, en général à partir de motifs musicaux qui peuvent être fort simples ou de thèmes dont la structure est parfois assez élaborée. Très souvent, l’improvisation peut être assimilée à des variations plus ou moins audacieuses autour de ces thèmes, d’une façon cyclique.
De nombreux musiciens de jazz ont appris cette musique essentiellement par l’oreille, avec ou sans formation de base instrumentale et solfégique conventionnelle. Nombre d’entre eux sont ainsi devenus d’excellents musiciens, sans savoir lire ou écrire une seule note de musique. Ils ont développé des codes et des repères personnels, en général d’une façon très simple, car la pratique de cette musique avait été pour eux un moyen d’expression naturel dans leur environnement familial ou culturel.
Ainsi en va-t-il, dans les communautés gitanes, de la guitare jouée par tous les membres de la famille. Apprendre la guitare dans cette pulsation collective et ce type d’harmonisation est non pas un travail, mais une façon de s’exprimer et d’affirmer son appartenance à une culture. Avec, en guise de pédagogie, le besoin passionnel de jouer une musique, de retrouver un “son”, semblable (mélodie, couleur, harmonisation, style, pulsation…). Le travail technique sera toujours présent, mais la relation de cause à effet entre le son désiré et le geste à effectuer sera réalisée dans le bon sens – quoi jouer, puis comment faire ? – en faisant fonctionner son oreille, par imitation, tout en développant la faculté d’observation des gestes qui permettent d’obtenir cette musique.
Dans de nombreuses pédagogies traditionnelles, on commence non pas par écouter, mais par apprendre à lire un texte écrit, à en connaître le langage, les symboles, les codes, le lexique, puis on réalise sur instrument les notes de musique écrites sur le texte ; enfin seulement, on peut espérer découvrir le résultat (parfois musical) dans la phase finale.
L’ordre naturel des choses est inversé, en quelque sorte…

Pour lire la suite de cet article (4146 mots):