Les pianistes tchèques

Héritage autrichien, tradition germanique, influences russes… Comment situer l’école tchèque d’aujourd’hui, encore mal connue chez nous ?

La prédominance de l’école russe

Né en 1957, Tomas Visek commença l’étude du piano à l’âge de 8 ans. Après avoir étudié au Conservatoire de Prague, puis à l’Académie des arts, il remporta de nombreux concours internationaux, obtenant notamment le prix spécial Janina-Nawrocka du concours Chopin à Varsovie en 1975. Plus récemment, il obtint le second prix et le prix Jean-Sébastien Bach au Concours de piano Ibla à Raguse en Sicile (1994). L’année suivante, il remporta le cinquième prix du Concours Milosz-Magin à Paris.

Pour lire la suite de cet article (4186 mots):