Portrait d’un pianiste de 16 ans Jean-Frédéric Neuburger

A 16 ans, Jean-Frédéric Neuburger est pianiste concertiste, organiste et compositeur.

Comment organisez-vous votre temps ?
Je fais largement confiance à mon instinct qui me fait préparer certaines choses très longtemps à l’avance, d’autres avec le charme de la dernière minute. J’ai la discipline de travailler avec régularité, surtout quand je n’en ai pas envie ! Je travaille le piano au minimum six heures par jour, soit le matin très tôt, soit le soir très tard. Je déchiffre au clavinova tard dans la nuit – jusqu’à 2 h ou 3 h du matin – les œuvres nouvelles. Parfois, je récupère en faisant une sieste en pleine journée, mais il n’est pas question que je passe une journée sans travailler ma technique… Tout cela n’est pas réglé par des principes rigides. La seule chose qui compte, c’est d’essayer de faire bien ce qu’on a à faire en sachant, par contre, qu’une journée sans travail humble de technique pure fait avec plaisir (j’insiste sur le mot plaisir : un pianiste doit éprouver du plaisir à bien faire un exercice élémentaire, sinon il sera incapable d’éprouver de la joie à jouer l’Opus 111) est une journée sans soleil.

Pour lire la suite de cet article (2194 mots):

Lire aussi :
Le regard de Michel Dalberto
Comment élaborer une interprétation pianistique
Portrait d’une enfant douée : Zéphyrine, 7 ans
Réflexions autour d’une enfant douée : rencontre pédagogique entre Pascal Nemirovski et Lise de la Salle
La vie quotidienne de Lise de la Salle
Enfants doués : le rôle du directeur de conservatoire
Enseigner aux enfants doués : entretien avec Rena Shereshevskaya