Réflexions autour d’une enfant douée : rencontre pédagogique entre Pascal Nemirovski et Lise de la Salle

Pianiste et pédagogue d’origine russe, Pascal Nemirovski a notamment donné de célèbres master-classes pour enfants au Festival de Colmar. Il a rencontré Lise, alors âgée de 10 ans, lors d’une audition d’élèves à Issy-les-Moulineaux : « Le professeur qu’elle avait à l’époque, Chantal Fraysse, m’a demandé de m’occuper d’elle, en parallèle, compte tenu de l’héritage des différentes écoles pianistiques russes que j’ai reçu grâce à mes maîtres Nadia Reisenberg et Adèle Marcus,  notamment celles d’Anton Rubinstein et de Leschetizky. » Interview à quatre mains.

Comment un professeur s’aperçoit-il qu’un élève est doué ?
PN : En ce qui me concerne, je le lis dans ses yeux. Cela peut sembler une boutade, mais c’est très sérieux. On peut sentir dans le regard d’un enfant une passion, une volonté, de même qu’on ressent sa qualité d’écoute pendant un cours. On le sent habité d’un intérêt particulier.
Cette sensation s’accompagne-t-elle de qualités techniques facilement détectables ?
PN : La première, c’est sans doute la faculté de concentration. Mais, sans se réduire à cette seule qualité, il est clair qu’il faut une conjonction de plusieurs ingrédients. Il faut aussi que l’enfant ait un don.

Pour lire la suite de cet article (2056 mots):

Lire aussi :
Le regard de Michel Dalberto
Comment élaborer une interprétation pianistique
Portrait d’une enfant douée : Zéphyrine, 7 ans
La vie quotidienne de Lise de la Salle
Portrait d’un pianiste de 16 ans Jean-Frédéric Neuburger
Enfants doués : le rôle du directeur de conservatoire
Enseigner aux enfants doués : entretien avec Rena Shereshevskaya