Le petit Liszt était-il un bon élève ?

Nous sommes dans les années 1820. Adam Liszt, le père de Franz, est soucieux de l’avenir de son fils. Les grands professeurs s’appellent alors Clementi, Hummel, Czerny.

Les leçons sont coûteuses, d’autant que pour assurer une formation solide à son fils, Adam est convaincu qu’il en faudrait « au moins trois par semaine »(1). C’est Czerny qui accepte de voir l’enfant en 1821 à Vienne. Quelle impression le jeune prodige fit-il sur celui qui passait pour le plus célèbre professeur de l’époque, lui-même élève d’un certain Beethoven(2) ? Une impression à la fois négative et élogieuse, car Czerny sut reconnaître aussitôt le génie de l’enfant. Laissons parler le maître :

Pour lire la suite de cet article (1140 mots):

Lire aussi :
Franz Liszt, emblème du romantisme européen
Franz Liszt, inventeur du récital
Franz Liszt dans le Paris de la Restauration
Franz Liszt et la fascination de la virtuosité
La face cachée de Franz Liszt
Interprètes de légende, les grands pianistes lisztiens du passé
Les grands lisztiens d’aujourd’hui
Les nouveaux venus : pourquoi choisissent-ils de jouer Liszt ?
L’exécution transcendante : Nelson Goerner
Comment travailler “Un Sospiro” de Liszt ?
Liszt et Chopin pédagogues : deux approches différentes au service de la musique
L’école Liszt d’Anna-Stella Schic
Liszt pour tous : partitions faciles et simplifiées