Vlado Perlemuter au disque, entretien

Vlado Perlemuter (91 ans), a enregistré surtout Chopin et la musique française. Ami de Fauré, il lui jouait ses œuvres et il avait travaillé avec Ravel. Des enregistrements de référence, bien qu’il trouve dangereuse l’idée de “tradition”…

Commencée modestement à la fin des années 30 (Mélodies de Fauré avec la soprano Ginette Guillamat, 1938), la carrière discographique de Perlemuter s’interrompit dès le début de la guerre (qu’il vécut exilé en Suisse jusqu’en 1949). En 1955, la firme américaine Pathé-Vox propose à celui qu’elle sait être le proche disciple de Ravel d’enregistrer l’intégralité de l’œuvre pour piano de l’auteur du Boléro, ainsi que les deux concertos avec Horenstein. Pour cette même société, Perlemuter grava également des œuvres de Schumann (Fantaisie op.17 et Kreisleriana) et les Sonates de Mozart (dont les matrices semblent avoir été “perdues”.). A la même époque, la Guilde internationale du disque lui commande un récital Chopin (non réédité) ainsi que le quintette La Truite de Schubert avec le Quatuor Pascal et Hans Fryba (« Les génies du classique » CD).

Pour lire la suite de cet article (1642 mots):