Jouer Messiaen, Boulez, Stockhausen, par Pierre-Laurent Aimard

Ayant découvert la musique contemporaine dès son enfance, Pierre-Laurent Aimard n’a depuis cessé de la défendre. Parmi les compositeurs avec qui il a travaillé, il nous parle de ceux qui ont écrit entre 1945 et 1970 : Messiaen, Boulez et Stockhausen.

« Lorsque je suis entré au Conservatoire de Paris, j’ai eu la chance d’être admis dans la classe d’Yvonne Loriod, à qui je dois beaucoup. C’était vraiment une chance, car, sitôt mon prix du Conservatoire de Lyon en poche, elle m’a quasiment kidnappé ! Mon rêve était de travailler avec elle. Le hasard a voulu qu’elle fasse partie du jury. En fait, comme j’étais un petit garçon et qu’elle n’enseignait que depuis deux ans, elle m’a un peu choisi comme un fils adoptif. Peu après, j’ai rencontré Olivier Messiaen. Il donnait ses cours dans la salle d’à côté, et a fait pour moi des classes centrées sur les cycles de piano que je travaillais : Etudes de Debussy, Iberia d’Albeniz, un certain nombre de ses propres pièces. Ils m’emmenaient aussi en tournées. Je faisais vraiment partie de la famille… Pour un jeune pianiste, c’était vraiment une chance fabuleuse. Tout au long du cursus traditionnel du CNSM, que J’ai commencé en 1969, J’ai eu le bonheur d’être en contact permanent avec des gens exceptionnels.

Pour lire la suite de cet article (687 mots):

Lire aussi :
1945-1970, le piano dans tous ses éclats
John Cage et le piano préparé, par Gérard Frémy
1945-1970, le piano dans tous ses éclats… et les autres