L’âge d’or du piano français

Le tournant du 20e siècle a été un âge d’or pour la musique française en général, et plus particulièrement, pour la musique de piano. Nous avons choisi d’évoquer ici l’œuvre pour piano de Gabriel Fauré dont on fête, en 1995, le centenaire de la naissance, en compagnie de Jean-Philippe Collard, et “l’impressionnisme” pianistique représenté essentiellement par Ravel et Debussy. Reflets d’une époque magique où les sons, les rythmes et les couleurs se répondent dans les arts.

Les articles de ce dossier

Le piano de Fauré : entretien avec Jean-Philippe Collard

Il faut un certain courage pour programmer Fauré dans un récital ! Cette musique intime, qui ne cherche aucun effet, n’attire pas les foules… elle est aussi difficile à jouer qu’à garder en mémoire. Et pourtant, c’est un bonheur.

Le piano français et l’impressionnisme

L’impressionnisme est essentiellement une école de peinture. Au tournant du siècle, cependant, de nombreux compositeurs ont subi son empreinte. Instrument de la résonance, le piano était plus que tout autre prédestiné à une esthétique vouée à l’illusion, au rêve et à la suggestion. Debussy, Ravel et leurs contemporains ont ainsi enrichi le répertoire d’œuvres uniques par leur beauté poétique et évocatrice.

Interpréter Debussy

« Comment oublier la souplesse, la caresse, la profondeur de son toucher ! En même temps qu’il glissait avec une douceur si pénétrante sur son clavier, il le serrait et en obtenait des accents d’une extraordinaire puissance expressive […].

Il y a 100 ans, les concerts de piano à Paris

Heureuse époque ! Le piano est l’instrument le plus répandu. On joue aussi bien les romantiques que les maîtres contemporains. On redécouvre les clavecinistes français et quelques maîtres anciens. Avec Paderewski, Cortot, Viñes, Marie Jaëll…

Lire aussi :
Le piano de Fauré : entretien avec Jean-Philippe Collard
Le piano français et l’impressionnisme
Interpréter Debussy
Il y a 100 ans, les concerts de piano à Paris