Alexandre Tharaud : «Chabrier, un travail d’orfèvre derrière une apparente facilité »

Un jeune pianiste amoureux de la musique française, c’est rare. Alexandre Tharaud en est un.

« Grâce à l’un de mes premiers professeurs, Carmen Taccon-Devenat, ancienne élève de Marguerite Long, j’ai découvert la musique de Chabrier dès neuf ans. J’ai toujours cherché à lui offrir une place dans mes programmes. Ces dernières années, ce n’était pas toujours simple car les organisateurs de concerts — en France, jamais à l’étrange… — m’opposaient fréquemment un refus catégorique. Cette attitude a heureusement disparu avec le centenaire Chabrier et j’espère que cela va permettre à son œuvre de conquérir définitivement la place qui lui revient.

Pour lire la suite de cet article (259 mots):

Lire aussi :
Emmanuel Chabrier : l’éloge de la couleur
Désiré N’Kaoua : «Cher Chabrier, comme on vous aime !»