Les Préludes de Chopin : souvenirs ou délires ?

Les Préludes sont-ils des descriptions ou de fiévreuses visions… ou bien un piano bien tempéré à la Bach (tonalité par tonalité) pour qui Chopin avait une immense admiration…

Les Préludes de Chopin font partie de ces œuvres — parmi les plus courtes de Chopin — qui, selon André Gide, « ont cette beauté nécessaire et pure de la résolution d’un problème ». On connaît mal leur genèse et si l’ensemble fut achevé à Valldemosa (Baléares) au début de 1839, il est probable qu’un certain nombre d’entre eux avaient déjà été écrits à Paris avant les derniers mois de 1838. Sans doute Chopin se contenta-t-il de les revoir et de les corriger à Palma en vue de leur publication. Ils parurent en effet en deux recueils en 1839, simultanément à Paris, avec une dédicace à Camille Pleyel, et à Leipzig, avec une dédicace à J.K. Kessler.

Pour lire la suite de cet article (1368 mots):

Lire aussi :
Les Préludes de Chopin et leurs images
Trois commentaires des 24 Préludes de Chopin