Luciano Berio, le père de la musique électroacoustique

Le compositeur italien Luciano Berio est décédé le 27 mai 2003 à Rome à l’âge de 77 ans. Il restera comme l’un des compositeurs essentiels de la seconde moitié du 20e siècle, et l’une des figures emblématiques de l’avant-garde européenne issue du fameux séminaire de Darmstadt.

Né dans une famille de musiciens à Oneglia (dans le nord de l’Italie) le 24 octobre 1925, il avait commencé à étudier avec son père avant d’entrer au Conservatoire de Milan. En 1951, avec Luigi Dallapiccola à Tanglewood, il s’initie à la musique sérielle. Cependant, il restera toujours attaché à la linguistique, comme en témoignent la série des Sequenze (1958 à 1995) et, bien sûr, ses œuvres vocales. Chef de file reconnu de la jeune musique italienne, il créa le “Studio di fonologia musicale” au sein de la RAI à Milan, qu’il dirigea de 1953 à 1960. Il dirigera aussi le département électroacoustique de l’Ircam à Paris, de 1974 à 1979, avant de fonder à Florence le studio de recherches “Tempo reale”.
Berio fut aussi un “recycleur” de talent (« La tabula rasa, surtout en musique, n’existe pas », disait-il), arrangeant, détournant, revivifiant des œuvres anciennes, voire les siennes propres.
Depuis 2000, il présidait l’Académie Sainte-Cécile de Rome, l’orchestre symphonique de la capitale.

Pour lire la suite de cet article (674 mots):