François-René Duchable : l’adieu au concert

Après une vie consacrée au piano et aux concerts, à la cinquantaine venue, François-René Duchable a mis un terme à sa carrière de façon spectaculaire, en lâchant, du haut d’un hélicoptère, un piano (inutilisable) dans le lac du Mercantour. En brûlant solennellement son costume de scène. Enfin, en faisant exploser un piano (inutilisable aussi) en guise de feu d’artifice.

François-René Duchable a longuement mûri cette décision, dont il a donné les principales raisons dans de nombreuses interviews. Il déclare y avoir pensé pour la première fois il y cinq ans, alors qu’il jouait, ce qui doit être le rêve absolu de tout pianiste, le mouvement lent du 3e Concerto de Beethoven avec l’Orchestre philharmonique de Radio France, dirigé par Marek Janowski. Il s’est aperçu alors qu’il s’ennuyait affreusement ! Quelques jours plus tard, il annonçait qu’il avait décidé de mettre fin à sa carrière de concertiste. C’est que, enfant “prodige”, dès sa prime enfance, il n’avait entendu parler de musique qu’en termes de « carrière, métier, voyages et concerts ». Il s’est aperçu aussi que le fait de jouer devant un public choisi (2% de la population) ne l’intéressait plus. « Ma vie personnelle a été gâchée par cette carrière. »

Pour lire la suite de cet article (1538 mots):