Les Variations Goldberg, parcours discographique

Phénomène exceptionnel pour une œuvre pour clavecin, les Variations Goldberg font aujourd’hui partie du “grand répertoire” des pianistes. Nous proposons ici une comparaison succincte de quatre enregistrements réalisés par Maria Yudina, Glenn Gould, Daniel Barenboïm et Rosalyn Tureck, disponibles à la vente.

La légende est suffisamment belle pour être préservée… Premier biographe de J.-S. Bach, le musicologue Johann Nikolaus Forkel (1749-1818) explique que les Variations Goldberg furent à l’origine une commande du comte Keyserlingk. Ce noble souhaitait disposer de « morceaux plutôt calmes et joyeux afin de le divertir durant ses nuits d’insomnie ». On sait que le claveciniste Johann Gottlieb Goldberg (1727-1756), qui était à son service (il était alors âgé de 14 ans !), travailla effectivement la partition avec le compositeur. L’aria initiale est empruntée au second Petit Livre de clavier d’Anna Magdalena de 1725. Onze des trente variations furent écrites pour un clavecin à deux claviers. Publiées en 1741, elles forment aujourd’hui la 4e partie du Clavierübung.

Pour lire la suite de cet article (2219 mots):

Lire aussi :
Jean-Sébastien Bach, la source
Jean-Sébastien Bach, l’œuvre pour clavier
Bach : sentir et comprendre le premier Prélude du Clavier bien tempéré
Le mystère de la 23e mesure du Prélude en do majeur
Les grands interprètes de Bach
Le séisme Gould : entretien avec Bruno Monsaingeon
Interprètes de Bach : Samuil Feinberg
Bach est-il chinois : entretien avec Zhu Xiao Mei
Jouer Bach aujourd’hui
Les héritiers de Bach
Pédagogie : Bach par cœur

Articles en relation :
Gould et les Variations Goldberg