Jouer Bach aujourd’hui : François-Frédéric Guy

A 30 ans, François-Frédéric Guy s’est déjà imposé parmi les jeunes interprètes par sa capacité à appréhender les grands textes (sonates de Beethoven, Brahms, Prokofiev). Il a remporté en 1992 le premier prix du Concours de Prétoria (Afrique du Sud).

Mon rapport avec Bach est très compliqué. Je l’ai beaucoup joué pour moi, en particulier la première Partita et la première Suite anglaise, et dans le futur j’aimerais entreprendre les deux cycles. Mais c’est une musique qui demande qu’on s’y consacre exclusivement pendant quelques années. Actuellement, je développe un autre répertoire. Il y a quatre ans, j’ai rencontré Murray Perahia. Il a, lui, longuement réfléchi à l’œuvre de Bach en partant de l’analyse de Schenker qui, au 19e siècle, reprend les enseignements de Bach sur la progression contrapuntique, les articulations et l’expressivité, de manière à faire un tout des éléments séparés.

Pour lire la suite de cet article (362 mots):

Lire aussi :
Jean-Sébastien Bach, la source
Jean-Sébastien Bach, l’œuvre pour clavier
Bach : sentir et comprendre le premier Prélude du Clavier bien tempéré
Le mystère de la 23e mesure du Prélude en do majeur
Les grands interprètes de Bach
Le séisme Gould : entretien avec Bruno Monsaingeon
Interprètes de Bach : Samuil Feinberg
Bach est-il chinois : entretien avec Zhu Xiao Mei
Jouer Bach aujourd’hui : Nicholas Angelich
Jouer Bach aujourd’hui : Dana Ciocarlie
Jouer Bach aujourd’hui : Abdel Rahman El Bacha
Jouer Bach aujourd’hui : Adrienne Krausz
Jouer Bach aujourd’hui : Vardan Mamikonian
Les Variations Goldberg, parcours discographique
Les héritiers de Bach