Jouer Bach aujourd’hui : Nicholas Angelich

Ce pianiste de 29 ans d’origine américaine est ancien élève d’Yvonne Loriod, d’Aldo Ciccolini et de Marie-Françoise Bucquet. Il a remporté le Concours Gina-Bachauer à Salt Lake City (Utah) et l’an dernier le deuxième prix du Concours Umberto-Micheli à Milan.

Très tôt, Jean-Sébastien Bach a occupé une place importante dans ma vie et dès mon apprentissage du piano j’ai abordé son œuvre. A 7 et 8 ans, je jouait aussi des transcriptions de Liszt et de Busoni, puis, à 12 ans, les Suites anglaises qui ont été essentielles dans mon développement de pianiste. Jean-Sébastien Bach occupe toujours une place majeure dans mon travail ; j’y reviens souvent, même si je ne le joue pas systématiquement en public

Pour lire la suite de cet article (449 mots):

Lire aussi :
Jean-Sébastien Bach, la source
Jean-Sébastien Bach, l’œuvre pour clavier
Bach : sentir et comprendre le premier Prélude du Clavier bien tempéré
Le mystère de la 23e mesure du Prélude en do majeur
Les grands interprètes de Bach
Le séisme Gould : entretien avec Bruno Monsaingeon
Interprètes de Bach : Samuil Feinberg
Bach est-il chinois : entretien avec Zhu Xiao Mei
Jouer Bach aujourd’hui : Dana Ciocarlie
Jouer Bach aujourd’hui : Abdel Rahman El Bacha
Jouer Bach aujourd’hui : François-Frédéric Guy
Jouer Bach aujourd’hui : Adrienne Krausz
Jouer Bach aujourd’hui : Vardan Mamikonian
Les Variations Goldberg, parcours discographique
Les héritiers de Bach