Quelques compositeurs britanniques contemporains et le piano

La tradition du pianiste compositeur s’est progressivement éteinte, même si, en France, une personnalité comme Michael Levinas l’incarne encore aujourd’hui. De l’autre côté du Channel, cette tradition est bien vivante et constitue l’une des particularités du paysage pianistique.

En Grande-Bretagne, la composition représente souvent la seconde activité d’un pianiste – comme (ou avec) l’enseignement. “De nombreux pianistes savent qu’ils ne pourront probablement pas faire une carrière de concertiste, alors ils choisissent la composition”, souligne Humphreys. Ce n’est évidemment pas le cas de John McCabe, compositeur, mais aussi brillant pianiste (il a enregistré l’intégrale des sonates de Haydn chez Decca) et professeur à la Royal Academy de Londres. Il a écrit toutes sortes de musiques – opéra, concertos, symphonies… Ronald Stevenson, qui pendant un temps a enseigné à l’université du Cap en Afrique du Sud, appartient lui aussi à ce groupe des pianistes compositeurs dans lequel, finalement, les personnalités insolites comme Kaikhosru Sorabji (1892-1988) – Leon Dudley de son vrai nom – auteur prolifique, notamment de 100 Transcendantal Studies et de l’énorme Opus clavicembalisticum – ne sont pas si rares.

Quelques figures se détachent néanmoins actuellement : Howard Skempton et, surtout, Michael Finnissy.

Pour lire la suite de cet article (626 mots):

Lire aussi :
L’Ecole britannique
Spectrum : radiographie de la création pianistique contemporaine