Jouer Chopin aujourd’hui : François-Frédéric Guy

Agé de 29 ans, François-Frédéric Guy a remporté, en 1992, le premier prix du Concours de Pretoria et vient d’attirer l’attention par l’enregistrement de la Sonate Hammerklavier de Beethoven (Harmonia Mundi).

Quelles œuvres de Chopin jouez-vous ?
J’ai joué en concert des cycles de Nocturnes ou encore le Concerto en mi mineur ; cependant, les trois œuvres que j’inclus le plus souvent dans mes récitals — la Fantaisie, la Ballade n°4 et la Polonaise Fantaisie – font partie de sa dernière période créatrice. Je suis souvent tenté instinctivement par les derniers opus d’un compositeur. Si l’on excepte les Mazurkas emblématiques dont le style évolue assez peu — bien que l’opus 59 soit l’un des plus grands cycles —, ces pages ultimes représentent un aboutissement du style chopinien : recherche permanente de liberté de ton et de ligne, forme à la fois rigoureuse dans le développement et souple pour laisser s’épanouir le cantabile. La Sonate n°3, malgré un premier mouvement d’une inventivité contrapuntique incroyable, me semble globalement imparfaite. En revanche, je rêve d’interpréter la Barcarolle.

Pour lire la suite de cet article (298 mots):

Lire aussi :
Chopin le solitaire
Jouer Chopin aujourd’hui : Pascal Amoyel
Jouer Chopin aujourd’hui : François Chaplin
Jouer Chopin aujourd’hui : Dana Ciocarlie
Jouer Chopin aujourd’hui : Jean-François Dichamp
Jouer Chopin aujourd’hui : Jérôme Ducros
Jouer Chopin aujourd’hui : Frédéric Vaysse-Knitter
Jouer Chopin aujourd’hui : Vardan Mamikonian
Jouer Chopin aujourd’hui : Cédric Tiberghien
Jouer Chopin aujourd’hui : Vanessa Wagner