Le regard de Jean-Claude Pennetier

Pianiste concertiste, Jean-Claude Pennetier s’est longtemps consacré à la pédagogie, parallèlement à la musique contemporaine, au théâtre musical et à la composition. la diversité et la richesse de cette approche de la musique lui donnent un regard particulier sr les grands thèmes de ce numéro.

C’est le miracle de toutes les interviews, s’amuse Jean-Claude Pennetier au début de notre rencontre, de voir chacun raconter comment il a mené, que dis-je, “dirigé” sa carrière musicale ! Je n’éprouve pas du tout ce sentiment ; j’ai plutôt l’impression d’avoir navigué entre les circonstances imposées par la vie en essayant de garder le cap sur ce qui me semble essentiel, sans refuser l’inattendu, la voie de traverse qui peut être une aventure. Je suis fils d’une violoniste amateur – passionnée comme les amateurs savent l’être. Il était décidé, avant même que je naisse, que je serais de sexe masculin, musicien de vocation, compositeur, idéalement « amateur avec un talent d’artiste »… ! Vous imaginez sans mal que j’aie plus tard cherché à être libre par rapport à un conditionnement présent dès avant ma naissance. J’ai débuté la musique – instrumentalement parlant – à l’orgue alors que j’avais 4 ans. Puis ce fut le violon pendant six mois ; expérience vite interrompue devant le peu de bonheur que cela me procurait… Enfin, je fus mis au piano. J’avais 5 ans lorsque la pianiste Reine Gianoli, venue assister à une de mes leçons quotidiennes, conseilla à mes parents, de façon pressante, de me faire poursuivre mes études à Paris où, quelques années plus tard, je suis entré au Conservatoire.

Pour lire la suite de cet article (2834 mots):

Lire aussi :
Martha l’indomptable
Chopin le solitaire
Jouer Chopin aujourd’hui : enquête
Francis Poulenc : la désinvolture et la discrétion
Stockhausen l’explorateur
L’école française de piano : portraits de maîtres
La leçon de piano de Jean-Claude Pennetier