Mais qui êtes-vous, Monsieur Hanon ?

Depuis plus d’un siècle, les apprentis pianistes ânonnent ces exercices universellement fameux, Le Pianiste virtuose… dit « le Hanon ». Mais qui connaît aujourd’hui la vie ou l’œuvre de Hanon ?

“Un chrétien de vieille souche”

Charles-Louis Hanon est né le 2 juillet 1819 à Renescure, dans le Nord, d’une famille très catholique. Son père était instituteur et, paraît-il, musicien. J’ignore où il a reçu sa formation musicale, probablement auprès d’un organiste local, en tout cas pas au Conservatoire de Paris. En 1846, il se fixe définitivement à Boulogne-sur-Mer (à une cinquantaine de kilomètres de sa ville natale) avec son frère cadet François (1822-1895) comme maître de chapelle et organiste de l’église Saint-Joseph (maintenant détruite), en remplacement de Charles Vervoitte (1). Il dirige aussi la petite école de chant religieux de la paroisse. Pendant plusieurs années, il devra se conformer à un règlement extrêmement rigide (2) et subir les critiques d’une commission musicale paroissiale aux idées étroites qui lui refuse son soutien financier. Il est finalement contraint d’abandonner ses fonctions en 1853 « par suite d’absence non justifiée ». Dès l’année suivante, il commence à publier ses compositions. En même temps, il enseigne en privé avec son frère le chant et le piano ; ils loueront aussi des pianos. Ils jouent occasionnellement de l’orgue dans les cérémonies religieuses, mais ne participent guère à la vie musicale boulonnaise, dominée par l’omniprésent Alexandre Guilmant (1837-1911), le grand organiste professeur au Conservatoire de Paris et cofondateur de la Schola Cantorum.

Pour lire la suite de cet article (1784 mots):