York Bowen, un romantique anglais

York Bowen (1884-1961) fut, avec Rachmaninov, l’un des grands pianistes-compositeurs du 20e siècle. Sans rejeter le modernisme, il a su renouveler dans son œuvre la tradition romantique de Chopin.

Le renouveau musical anglais du début du 20e siècle fait figure de “second âge d’or” de la musique britannique. Les grandes figures de cette époque, Delius, Elgar ou Vaughan Williams, ont eu un apport déterminant clans le domaine symphonique, choral ou lyrique, mais ont peu écrit pour le piano. Ce dernier n’a pas été pour autant négligé par les compositeurs de la jeune école anglaise : lorsque fut fondée, à l’orée du siècle, la Société des compositeurs britanniques, sous l’impulsion de Frederick Corder, directeur de la Royal Academy of Music, c’est à la publication d’une riche moisson d’œuvres pour piano que s’attela la maison d’édition Charles Avison Ltd. Au nombre des jeunes musiciens promus par la société figurait York Bowen, signalé alors par Saint-Saëns comme « le plus remarquable des jeunes compositeurs britanniques ».

Pour lire la suite de cet article (2056 mots):

Articles en relation :
L’Ecole britannique