Sur quel piano jouer Chopin ?

Quand il était « mal disposé », il jouait sur un Erard. Dans les bons moments, il préférait Pleyel ! Cyril Huvé joue sur un Pleyel 1828 et sur un Erard 1838 semblables à ceux de Chopin…

Beethoven, Weber et Schubert ont fondé le piano romantique en faisant éclater les cadres du pianoforte issu du 18e siècle ; mais c’est à la génération suivante, à Chopin et à Liszt principalement, qu’il appartiendra d’explorer toutes les ressources d’un instrument perfectionné par deux grands facteurs établis à Paris : Pleyel et Erard.
Si, encore aujourd’hui, tant de musiciens préfèrent la sonorité relativement neutre des instruments modernes, la raison en est qu’il est difficile de trouver un piano historique de l’époque romantique dont l’état rende justice aux exigences artistiques des œuvres concernées. L’éventualité d’avoir une copie de l’un de ces instruments est écartée, car ils présentent une construction d’une complexité telle que leur reproduction à l’unité coûterait une fortune.

Pour lire la suite de cet article (1622 mots):