Tatiana Nikolaeva : Artiste du Peuple

Tatiana Nikolaeva, légende vivante en Union soviétique et témoin privilégié de la vie musicale alors que Staline, Kroutchev, Brejnev et Gorbatchev se sont succédé, était à Paris en décembre dernier pour interpréter L’Art de la fugue et présenter son élève préféré.

Vous abordez en concert un répertoire très large.
C’est exact. Ceci dit, à côté des œuvres de Chopin, Rachmaninov, Schumann, Scriabine, Tchaïkovski, Stravinsky et celles de tous les compositeurs que j’ai l’habitude de jouer, je dois dire que j’affectionne plus particulièrement certains grands cycles, comme, par exemple, les 32 Sonates de Beethoven, les 24 Préludes et Fugues de Chostakovitch que j’ai créés en 1952, et qui me sont dédiés, et, bien entendu, L’Art de la fugue, Le Clavier bien tempéré, Les Variations Goldberg de Bach.

Pour lire la suite de cet article (1087 mots):