Mario Castelnuovo-Tedesco, musicien florentin et poète du piano

La douceur des paysages de Toscane, les bas-reliefs et les fresques de sa ville natale, la lumineuse clarté du ciel méditerranéen : plus que pour tout autre, l’inspiration du compositeur florentin Mario Castelnuovo-Tedesco (1895-1968) plonge ses racines dans le sol natal.

C’est aux cyprès d’Usiglioano di Lari qu’est dédié Cipressi, l’une des plus belles pièces pour piano de Mario Castelnuovo-Tedesco, écrite en 1920. Ces cyprès bordaient le chemin menant à la propriété de sa famille. Bruissement du vent, jeux d’ombres et de lumières, suggestions de rumeurs lointaines : les images impalpables et poétiques appelées par ce morceau font référence à l’impressionnisme. Cependant, l’abondance mélodique au contour populaire sans équivoque, le lyrisme qui s’enfle jusqu’à des accents d’une rudesse âpre, confèrent à ce morceau une saveur italienne indéniable.

Pour lire la suite de cet article (20 mots):

Lire aussi :
Marie-Catherine Girod : la passion de découvrir