Elisso Bolkvadzé : vie et saison d’une pianiste géorgienne

Elisso Bolkvadzé a tout d’abord suivi le chemin tout tracé des artistes soviétiques. La fin de l’URSS l’amènera à reconstruire sa vie entre sa carrière et l’aide aux jeunes pianistes dans l’association SOS Talents.

Comment avez-vous découvert vos dons ?
Je suis la fille unique d’un père poète et d’une mère journaliste. A l’âge de 3 ans, je chantais en m’accompagnant de quelques notes de piano chez des voisins. On a conseillé à mes parents de me présenter à un spécialiste de “l’école spéciale des prodiges” de Tbilissi, en Géorgie, où nous résidions. Tests d’oreille, de perception rythmique… Verdict : j’entrais bien dans le cadre cette école. Après avoir suivi des cours de piano, je l’ai intégrée à 6 ans. L’année suivante, je donnais mon premier concert avec l’Orchestre national de Géorgie avec un concerto de Haydn. A 12 ans, j’ai donné mon premier récital.

Pour lire la suite de cet article (745 mots):