Anton et Nikolaï Rubinstein et la France

Le premier fut le fondateur du Conservatoire de Saint-Pétersbourg, en 1862. Pianiste virtuose et compositeur, il trouva en France une grande source d’inspiration. Le second, son frère cadet, pianiste également et chef d’orchestre, fut le fondateur du Conservatoire de Moscou en 1866 avec le conseil d’Ambroise Thomas. Relations franco-russes.

En 1874, la bibliothèque du Conservatoire de Paris faisait l’acquisition de vingt-sept partitions russes, dont la réduction pour piano et orchestre de Boris Godounov, mais c’est en 1878, lors de l’Exposition universelle de Paris et à l’occasion des concerts qu’y organisa l’un des deux frères Rubinstein, Nikolaï, que la France eut véritablement la révélation de la musique russe. Onze ans plus tard, Rimski-Korsakov dirigea deux grands concerts russes dans le cadre de l’Exposition universelle de 1889 ; il reviendra à Paris en 1907, un an avant sa mort, pour participer à de nouveaux concerts organisés par Serge Diaghilev.

Pour lire la suite de cet article (1634 mots):

Lire aussi :
Le piano russe, de Glinka à Chostakovitch
L’école russe aujourd’hui
Les transcriptions pour piano d’Igor Stravinsky
Dictionnaire des pianistes russes
Pianistes russes de légende
Les pianistes russes d’aujourd’hui
La jeune génération issue de l’école russe
La pédagogie russe vue par ses pianistes
L’école russe entre Liszt et Leschetitzky
Marylin Frascone ou l’école franco-russe
Le répertoire russe pour enfants