Le piano russe, de Glinka à Chostakovitch

La Russie a toujours balancé entre l’attirance vers l’Europe occidentale (si admirée par Pierre le Grand ou la Grande Catherine) et ses racines slaves. Ainsi, la première école russe de piano, au 18e siècle, fut fortement influencée par l’art occidental et donna d’agréables pièces de salon. Tandis que la tradition populaire, celle de l’âme russe, suscitait des pièces empreintes de poétique nostalgie.

Si Glinka est parfois désigné comme le père de la musique russe, tout n’a pas commencé avec lui. D’abord parce que la musique authentiquement russe a bel et bien existé depuis le Moyen Age, sous sa forme religieuse notamment, mais aussi sous sa forme populaire. Cette tradition ne doit évidemment pas être négligée, car elle a nourri la musique “classique” russe. Dès la fin du 18e siècle, d’autre part, alors que la cour pétersbourgeoise est fortement occidentalisée et que l’opéra italien tout comme l’opéra-comique français ont acquis une grande réputation, l’on commence à se préoccuper d’une musique plus autochtone. A la fin des années 1770 sont publiés par Vassili Troutovski des recueils de chants russes. Un peu plus tard, Dimitri Bortnianski (1751-1825), musicien du prince Paul (le futur tsar Paul Ier), peu concerné quant à lui par l’art populaire, sera un des premiers Russes à composer de la musique instrumentale à l’occidentale et notamment des œuvres pour clavecin. Il était donc tout naturel que les genres instrumentaux en cours dans les diverses nations européennes se développent également en Russie. Pourtant, une véritable production pour clavier tarde à venir. Elle sera d’ailleurs importée de l’étranger. François-Adrien Boieldieu (1775-1834), le compositeur de La Dame blanche, passera plusieurs années en Russie et l’on peut penser qu’il s’y produisit au piano, tout comme l’Allemand Daniel Steibelt (1764-1823), dont on trouve parfois des sonatines dans de vieux recueils.

Pour lire la suite de cet article (6065 mots):

Lire aussi :
L’école russe aujourd’hui
Léon Tolstoï musicien
Anton et Nikolaï Rubinstein et la France
Les transcriptions pour piano d’Igor Stravinsky
Dictionnaire des pianistes russes
Pianistes russes de légende
Les pianistes russes d’aujourd’hui
La jeune génération issue de l’école russe
La pédagogie russe vue par ses pianistes
L’école russe entre Liszt et Leschetitzky
Marylin Frascone ou l’école franco-russe
Le répertoire russe pour enfants