Abdel Rahman El Bacha : « Etre lauréat ne suffit pas pour faire carrière »

Abdel Rahman El Bacha a remporté le premier prix du Concours Reine-Elisabeth-de-Belgique en 1978. Depuis, il a été juré du concours à plusieurs reprises. Il est également maître en résidence à la Chapelle musicale Reine-Elisabeth.

Que vous a apporté votre victoire au Concours Reine-Elisabeth ?
C’est un concours auquel les meilleurs pianistes se présentent. Le programme extrêmement difficile et la rigueur du règlement font que le prix en soi est toujours une référence dans le monde du piano. Le premier prix m’a effectivement permis d’avoir de nombreuses ouvertures, propositions et engagements et il m’a projeté sur la scène internationale. Cela dit,  la victoire ne suffit pas pour faire une carrière. Pour ma part, j’ai eu besoin de m’arrêter, de reprendre mon souffle après la victoire au Concours. J’ai commencé à étudier un nouveau répertoire et j’ai compris qu’il me fallait construire mon parcours.

Pour lire la suite de cet article (515 mots):

Lire aussi :
L’histoire du piano en Belgique
David Lively et l’œuvre de Philippe Boesmans
Quatre compositeurs belges présentés par Eliane Reyes
Petit dictionnaire des pianistes belges
Les études musicales en Belgique
Diane Andersen : « Il n’y a pas d’école belge »
Claire Chevalier et l’enseignement sur piano ancien en Belgique
Le concours Reine-Elisabeth-de-Belgique
Maene, premier fabricant et distributeur de pianos en Belgique