David Lively et l’œuvre de Philippe Boesmans

Après des débuts précoces aux Etats Unis, David Lively a poursuivi l’essentiel de sa carrière en France. Lauréat du Concours Reine-Elisabeth en 1972, à l’âge de 18 ans, il se tourne vers l’écriture contemporaine et défend l’œuvre de compositeurs comme Aaron Copland, Henri Dutilleux ou Elliott Carter. Directeur de la pédagogie à l’Ecole normale de musique de Paris, il continue d’explorer la musique de notre temps. Il a enregistré en 2008 l’œuvre pour piano du compositeur belge Philippe Boesmans. Entretien.

Vous avez été un tout jeune lauréat du Concours Reine-Elisabeth. Quel souvenir en gardez-vous ?
Un souvenir très joyeux et rempli d’anecdotes. J’étais logé chez une charmante vieille dame qui possédait un merveilleux Steinway et se refusait à cuisiner ; nous allions au restaurant deux fois par jour, c’était un vrai plaisir !

Pour lire la suite de cet article (437 mots):

Lire aussi :
L’histoire du piano en Belgique
Quatre compositeurs belges présentés par Eliane Reyes
Petit dictionnaire des pianistes belges
Les études musicales en Belgique
Diane Andersen : « Il n’y a pas d’école belge »
Claire Chevalier et l’enseignement sur piano ancien en Belgique
Le concours Reine-Elisabeth-de-Belgique
Abdel Rahman El Bacha : « Etre lauréat ne suffit pas pour faire carrière »
Maene, premier fabricant et distributeur de pianos en Belgique

Articles en relation :
La littérature américaine de piano