Variations sur Glenn Gould

Dix ans après sa mort, Glenn Gould est plus que jamais vivant, suscitant livres, films, conférences, célébrations. Cette année, est paru le livre de Michel Schneider, directeur de la Musique, Glenn Gould piano solo. Un livre construit sous la forme des Variations Goldberg de Bach, dont Gould fut l’un des plus géniaux interprètes et dont nous entretient Vincent Rouillon. Et parce que Gould aimait « l’avant-Jean-Sébastien Bach », il nous parle aussi d’un enregistrement introuvable de Variations de William Byrd. Gould était un personnage à lubies, à folies. Le piano rend-il fou ? Après avoir analysé son livre, c’est la question que nous avons posée pour conclure ces “Variations sur le thème de Gould” à Michel Schneider, qui est aussi psychanalyste.

Gould et les Variations Goldberg

L’un des enregistrements les plus célèbres de Glenn Gould, le seul dont il ait donné deux versions. Dans cette suite de pièces très courtes, où la douce aria qui commence et clôt l’œuvre sera variée trente fois, le compositeur explore quelques-uns des principaux moyens du contrepoint.

Gould et la pré-musique

« A la troisième mesure de la neuvième et dernière variation de Sellinger’s Round (William Byrd), un si bémol solitaire — la seule note qui orne de manière convaincante cette pièce de 182 mesures – annonce la fin de cette œuvre et le commencement de ce système modulant auquel, quelques années plus tard, la majeure partie de la musique aura souscrit. » (Glenn Gould)

Glenn Gould, piano solo

« Un roman sur un personnage mythique ». Vincent Rouillon qualifie ainsi l’essai de Michel Schneider, directeur de la Musique et de la Danse, dont il fait ici l’analyse.

Le piano rend-il fou ?

Une question pour le moins provocatrice ! Michel Schneider, auteur de Glenn Gould Piano Solo, qui est également psychanalyste, a bien voulu nous donner son opinion sur ce sujet.

Dossier réalisé par Michèle Worms et Vincent Rouillon

Pour lire la suite de cet article (2 mots):

Lire aussi :
Gould et la pré-musique
Gould et les Variations Goldberg
Glenn Gould, piano solo
Le piano rend-il fou ?