Gould et la pré-musique

« A la troisième mesure de la neuvième et dernière variation de Sellinger’s Round (William Byrd), un si bémol solitaire — la seule note qui orne de manière convaincante cette pièce de 182 mesures – annonce la fin de cette œuvre et le commencement de ce système modulant auquel, quelques années plus tard, la majeure partie de la musique aura souscrit. » (Glenn Gould)

Rendre compte de la musique de William Byrd et de Orlando Gibbons par Glenn Gould pose autant de difficultés que de décrire par des mots une étendue d’eau plane, parfaitement lisse, sans rien sinon d’imperceptibles mouvements entraînant d’imperceptibles modifications de lumière.

Pour lire la suite de cet article (1190 mots):

Lire aussi :
Gould et les Variations Goldberg
Glenn Gould, piano solo
Le piano rend-il fou ?
Variations sur Glenn Gould