Réflexions sur le piano
(notes inquiètes d’un jeune compositeur)

Image : il m’est arrivé de voir, dans une salle où allaient se produire des derviches-tourneurs (mystiques musulmans qui cherchent à atteindre la contemplation par la danse), un piano perdu, délaissé dans un coin. Qu’évoquait cette présence incongrue ?

Bien sûr les images habituelles, le “clip” romantique : pianiste en queue-de-pie égrenant des arpèges vertigineux ou jeune fille jouant délicatement, dans sa belle robe, quelque mélodie sentimentale.

Pour lire la suite de cet article (828 mots):